Interview de Monsieur Alex TÜRK, « Père » du Correspondant Informatique et Libertés

M. Alex Türk
M. Alex Türk

A l’occasion de la huitième Université des Correspondants Informatique et Libertés, organisée le 27 janvier 2014 par l’AFCDP (Association Française des Correspondants Informatique et Libertés), l’association a réalisé une interview de Monsieur Alex Türk, ancien Président de la CNIL, en sa qualité de « père du CIL », et ceci à l’occasion d’un triple dixième anniversaire : celui de la loi Informatique et Libertés (6 août 2004), celui du Correspondant Informatique et Libertés et celui de l’AFCDP (créée en septembre 2004).

Extrait de la transcription de l’interview

Télécharger la transcription de l’interview de M. Alex Türk

Notre première question porte sur la genèse du Correspondant Informatique et libertés. Comment êtes-vous arrivé à obtenir ce statut en 2004, à créer ce métier ?

Alex Türk : Il ne faut pas oublier que, lors de la première lecture à l’Assemblée, le rapporteur ne l’avait pas souhaité.

Le texte ne contenait rien à ce sujet, mais j’étais persuadé qu’il fallait y venir - à l’époque j’étais le rapporteur au Sénat, je n’étais pas encore le Président de la CNIL.

La difficulté que j’ai rencontrée, c’est que l’on me disait « Ça n’est pas possible, personne n’en voudra ». Je suis donc allé voir le Ministre qui était en charge à l’époque, c’est-à-dire le garde des sceaux, Monsieur Dominique Perben.

Il m’a d’abord confié que son cabinet lui disait que c’est « compliqué », que c’était contraire à la culture, à la tradition française…