Tout sur le DPO

Etude sur le métier de DPO

Le métier de Délégué à la protection des données (DPD/DPO) est relativement nouveau au sein de nombreuses organisations privées ou publiques. Les conditions d’exercice, les formes d’emploi, les parcours ou compétences détenues ou attendues pour l’exercice du métier de DPD/DPO ont besoin d’être bien identifiés et compris afin d’apporter les bonnes réponses en termes d’emploi et de formation professionnelle. L’AFCDP s’est engagée aux côtés de la Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle (Ministère du Travail) et de l’Agence Nationale pour la Formation Professionnelle (AFPA) afin d’identifier au mieux les dynamiques et les enjeux en termes d’emploi et de formation liées au RGPD. La DGEFP a confié à l’AFPA la réalisation d’une étude de grande ampleur sur la fonction de DPO.

Cette étude, qui s’est déroulée pour la première fois en 2019, un an après l’entrée en application du RGPD, s’appuie sur un questionnaire en ligne conçu avec la participation active de l’AFCDP. Une seconde édition s’est déroulée en 2020, et une troisième en 2021-2022. Découvrez les résultats complets de cette étude

L’édition 2022 de l’étude sur le métier de DPO s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 1 811 DPO désignés auprès de la CNIL, interrogés entre septembre et octobre 2021. Grâce à la mobilisation et aux témoignages des DPO, cette étude met en valeur les grandes dynamiques et évolutions du métier entre 2019 et 2021.

Augmentation du nombre de DPO, passant de 21 000 en 2018 à 28 810 en 2021.

  • Diversification des profils : 47 % sont issus d’autres domaines d’expertise que le domaine juridique et informatique (+ 12 point depuis 2019).
    Ils proviennent notamment d’autres domaines tels que les fonctions administratives et financières, la qualité, la conformité-audit.
  • Vécu professionnel positif : 58 % sont satisfaits de l’exercice de leur fonction et 87 % convaincus de l’utilité de leur fonction. Ils souhaitent également poursuivre leurs missions avec une forte motivation à 67 %.
  • Une formation en baisse, un manque de moyens : 42 % exercent cette fonction de façon isolée par rapport aux autres DPO (+ 14 points).
    1/3 n’ont suivi aucune formation informatique et Libertés/RGPD depuis 2016 (+ 7 points) alors qu’ils proviennent de plus en plus d’environnement hors Informatique et juridique.

Le profil d’un DPO en 2021

  • 72 % exercent leur fonction comme DPO interne
  • 29 % exercent en Île-de-France
  • Égale représentation des femmes et des hommes
  • 62 % sont issus de formation supérieure, de niveau 7 ou 8
  • 63 % sont âgés de 40 et plus
  • 55 % ont une ancienneté dans la fonction de DPO de 2 ans et moins


Étude DGEFP/AFPA 2022 - Synthèse des résultats


Cette synthèse est complétée par une analyse spécifique consacrée aux besoins de formation exprimés par les DPO :


Étude DGEFP/AFPA 2022 - Les besoins de formation des DPO


L’enquête effectuée en 2020 auprès de 1600 Délégués à la protection des données, fait suite à celle qui a été réalisée en mars-avril 2019 (voir ci-dessous).
Elle fait l’objet de plusieurs publications.

D’une part, une synthèse des résultats qui présente les premiers enseignements :


Étude DGEFP/AFPA 2020 - Synthèse des résultats



D’autre part, une présentation des résultats complets de l’étude, avec l’ensemble des questions traitées :


Étude DGEFP/AFPA 2020 - Résultats complets



Par ailleurs, un « focus » est consacré à une analyse complémentaire, qui porte sur la place et les moyens du DPO au sein des organisations :


Étude DGEFP/AFPA 2020 - Focus sur la position et les moyens du DPO




La première enquête de 2019

Une enquête en ligne très ambitieuse a été réalisée en mars–avril 2019, avec pour objectif de mieux comprendre les conditions d’exercice, les formes d’emploi ou d’activité, les parcours ou compétences détenues ou attendues pour l’exercice du métier de délégué à la protection des données.

1.598 professionnels de la conformité au RGPD y ont répondu : 859 DPO internes, 196 DPO internes mutualisés, 210 DPO externes et 333 professionnels en charge de la protection des données personnelles (personnes non désignées auprès de la CNIL, Relais Informatique et Libertés, Adjoints du DPO, etc.).


Quels en sont les enseignements ?


Les premiers résultats de l’étude ont été dévoilés le 26 juin 2019 à l’occasion de la conférence "Vive le DPO", organisée par l’AFCDP et qui s’est tenue à la Maison de la Chimie (Paris).

Il est intéressant de noter que...
- Les DPO de profils informaticiens sont encore (de peu) les plus nombreux
- Que seuls 39,7 % des DPO disposent d’un budget dédié (ce qui ne signifie pas automatiquement qu’ils ne disposent pas des moyens nécessaires)
- Que 59 % des DPO estiment que leurs recommandations sont toujours ou souvent écoutées et suivies par le responsable de traitement (Ce score monte à plus de 76 % pour les DPO externes)
- Que 40,3 % des DPO disent être "systématiquement" ou "Très souvent" consultés en amont des projets (donc, à l’inverse...)
- Que 73,7 % des DPO recommanderaient "sans hésiter" ou "probablement" leur métier à un jeune
- Que près des ¾ sont satisfaits de leur fonction de DPO
- Que 40,5 % des DPO externes ont moins de deux ans d’expérience... mais que 20,5 % d’entre eux disent avoir plus de dix ans d’expérience dans le domaine
- Que 24,6 % des DPO externes avouent ne pas maîtriser le sujet ("Plusieurs concepts importants m’échappent encore" et "Je suis encore très loin de maîtriser tous ces textes")
- Que, certes, près de 72 % des DPO disent avoir suivi une formation... mais que celle-ci n’a été que de un à cinq jours
- et que 40% des DPO estiment que la fonction est stressante


Descriptif de la fonction de DPO


L’étude a été l’occasion de réaliser un descriptif détaillé de la fonction de Délégué à la protection des données.

Ce descriptif comporte une analyse du contexte, des conditions d’exercice, du positionnement et de l’autonomie dans l’organisation, et des mission du métier de DPO.

Il réunit en outre plusieurs annexes :

- Les articles 37,38 et 39 du RGPD relatifs au DPO
- Le référentiel de certification des compétences du DPO de la CNIL
- La fiche de poste DPO de l’AFCDP
- Le modèle de lettre de mission AFCDP
- La fiche fonction DPO du CNFPT
- La charte de déontologie AFCDP


Cartographie de l’offre de formation

En complément, l’étude de la DGEFP a été l’occasion d’établir une cartographie de l’offre de formation.

Les auteurs de l’étude se sont appliqués à explorer l’offre de formation existante et/ou à venir et à comprendre comment les écoles, universités, centres de formation se sont saisis du sujet, ont construit ou adapté leur offre afin de répondre aux nouvelles exigences sur la protection des données personnelles et à l’évolution des pratiques professionnelles.

L’étude s’est attachée à identifier les organismes de formation offrant des durées significatives, à explorer la diversité des offres, des contenus pédagogiques, des caractéristiques des publics accueillis.


Quelles suites vont être données à cette étude ?

L’AFCDP, qui regroupe et représente les professionnels concernés, voit confortés dans les résultats de cette étude à laquelle elle s’est investie son axe stratégique relatif à la défense et à la promotion du métier (Fiche de poste de DPO, Lettre de mission du DPO, Job board du DPO, liste des formations pour DPO, Charte de déontologie du DPO, etc.).

Elle va poursuivre les travaux en totale synergie avec l’AFPA et le Ministère du travail pour étudier plus précisément certain points précis, notamment liés aux besoins criants de formation.

Elle a aussi suggéré que cette étude soit reconduite afin de constater les évolutions et les tendances.

Ce site fonctionne uniquement sur les navigateur modernes.


Votre utilisez :


Vous utilisez actuellement un navigateur dont la version n’est plus supportée telle que :

Conseils